Le suspect dans l’affaire Maëlys sort de son silence et parle : J’ai parlé à cette petite et …

Selon sa version, Nordahl recroise ensuite la brunette sur le parking de la salle des fêtes avec d’autres enfants. Là, la jeune fille insiste pour vérifier s’il a emmené ses bergers malinois dans son coffre. Elle est, poursuit-il, accompagnée d’un « petit blond avec un ballon » dont il ignore le prénom. « J’avais ouvert côté passager. Je leur ai montré [que non], le petit blond est monté et Maëlys aussi, ça a duré 5-6 secondes. » Pourtant, l’ADN de la brunette a été retrouvé, mélangé au sien, au niveau des phares côté conducteur…

[sam_pro id=1_2 codes= »true »]

– « Est-ce que vous avez touché Maëlys? », demande l’une des juges. – « Je ne me rappelle pas l’avoir touchée, peut-être en l’aidant à descendre de la voiture car c’est une trois-portes. Je ne me rappelle pas l’avoir prise dans les bras », répond l’intéressé. Pour Nordahl L., la seule explication est qu’il y a eu banal transfert d’ADN lorsqu’il lui a pris la main. Mais les enquêteurs sont dubitatifs. D’abord parce qu’ils n’ont identifié aucun garçon « blond » susceptible d’avoir vécu cette scène, ni relevé aucun autre ADN.

[sam_pro id=1_1 codes= »true »]

Ensuite parce qu’un témoin raconte n’avoir vu que Maëlys sur le parking. Ce dernier dit par ailleurs avoir surpris une injonction étrange du suspect à la fillette. Alors qu’ils regagnaient la salle, Nordahl L. aurait dit à Maëlys: « Moi je passe par là, mais tu passes de l’autre côté. » En clair, il lui demande de rentrer par la porte principale quand lui emprunte la porte vitrée attenante. « C’était l’entrée du DJ et il y avait des fils », justifie-t-il. Imperturbable, Nordahl a réponse à tout. Pourquoi omet-il de relater cet épisode lors de sa première garde à vue? « C’est une bêtise de ma part, admet-il. Sur le coup, pour moi, entendre qu’une petite a été enlevée et m’avait parlé, et que je l’avais fait monter dans ma voiture sans la forcer, ça m’a perturbé. » Pourquoi donne-t-il l’impression de livrer un récit au compte-gouttes? « Il y avait beaucoup d’alcool, le fait de reparler, ça fait des flashs. »

[sam_pro id=1_3 codes= »true »]

L’heure de la disparition de Maëlys n’a pu être établie avec précision, faute de témoignages concordants dans la confusion de la nuit. Mais les gendarmes s’interrogent sur deux déplacements de Nordahl, révélés par l’étude d’un second téléphone dont il a curieusement résilié l’abonnement le surlendemain. Le premier, le suspect le situe entre 00h30 et 1h. Selon ses déclarations, il rentre chez sa mère à Domessin (Savoie), à 10 minutes en voiture de la salle des fêtes, pour changer son short blanc taché « de vin rouge et de vomi ». Ce vêtement, qui n’a jamais été retrouvé, il l’aurait jeté dans un « conteneur poubelle ». « Je ne voulais pas que ma mère sache que je bois et conduis en même temps. »

[sam_pro id=1_4 codes= »true »]

Le second déplacement se déroule en milieu de nuit. Vers 3 heures du matin, le DJ coupe la musique et annonce au micro que la fillette est recherchée par ses parents. L’inquiétude monte. Mais l’ex-militaire est aux abonnés absents. Un de ses amis se souvient l’avoir vu pour la dernière fois entrer aux toilettes au début des recherches. Plus jamais ensuite.

Auteur de l’article : webdrole